09/09/2006

De retour du boulot...Parlons Ambiance.

Bonjour à tous,  de retour du boulot,  je suis parti quelques jours en vadrouille autour de l'Europe,  et c'est le bonheur,  il fait beau et bon.

Ce soir,  bbq avec des amis du Sqn(squadron), cela va être  dur demain le réveil...On va se remémorer des moments qui ont marqués notre vie de pilote de chasse,  évoquer des souvenirs et les bonnes parties de rigolades.  Bref . Et les femmes vont encore se plaindre que l'on ne parle que d'avions.

Parlons de l'ambiance dans un Sqn.

Tout d'abord le Sqn dans lequel on est versé est TOUJOURS le meilleur!  Surtout quand on l'a choisi! (ce qui fut mon cas). Le meilleur dans tout évidemment.

Une famille,  voilà comment on peut définir un Sqn.  Tout le monde participe,  le personnel au sol comme les aviateurs.  Et même si il y a des différences de grade,  la famille reste quand même.  Pour les aviateurs,  comme on vole en général en paire,  on se fait confiance,  fort confiance car cela peut vite dégénérer en catastrophe. 

Lorsque je suis rentré à la Deuxième,  j'habitais à 130 km de la Base,  et je faisais le trajet tout les jours...Et lors de longs déplacements,  je répétais toujours à ma Femme que si elle avait besoin d'aide urgente,  elle pouvait toujours s'adresser au Sqn,  et on essayerait de résoudre son problème.  Une famille.

Alors les guindailles...Ce n'est pas une légende,  même si le pilote a des nerfs d'aciers et est bien entraîné(en vol...),  lorsqu'il décompresse,  il décompresse bien!  Rugby devant le Sqn avec une brosse de cabinet,  bataille d'eau dans le Sqn... Feu devant le bar,  à même le sol... Bref peu de limites,  et surtout toujours dans la dignité,  on pète un plomb,  d'accord!  Mais toujours dans la dignité!

Donner une image exacte de ce que représente un Sqn est difficile à faire passer par de simples lignes. Ce n'est pas une bande de copains,  mais d'amis,  unis par une même passion.  Les "tensions" se gèrent rapidemment et ouvertement pour que l'on ne traîne pas un boulet.  Les conseils se prodiguent beaucoup,  surtout aux jeunes pour monter leur niveau,  d'abord de manière "instructeur",  puis de plus en plus amicalement car ce jeune s'intègre au Sqn...Les tâches sont partagées,  même si elles ne sont pas très agréables parfois,  mais elles sont faites,  sinon la vie du Sqn ne tourne pas.  Puis il y a les appellations familières dans le Sqn même,  parfois très biscornues. La concurrence n'existe pas, c'est sur que l'on est pas tous sur le même pied d'égalité,  et qu'une hiérarchie existe entre les pilotes,  mais c'est très gentleman,  et rare sont les fois ou il faut corriger certaines têtes brulées...Une famille.

Je ne suis plus retourné au Sqn depuis que je l'ai quitté. J'aurais trop mal de m'y retrouver,  de nouveau ressentir cette ambiance,  l'excitation du vol,  les préparations de missions "en courant" car le temps manque toujours,  l'appel de "à table!" à midi,  pour manger tous ensemble...Les éclats de rire de quelques blagues, bref tout ça quoi...

Il faut le vivre pour le comprendre.  Même ma moitié parfois ne comprenait pas,  pourtant elle est la personne qui me connait le mieux...

 

Allez, une petite photo.

 

 

14:14 Écrit par falconpilot dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

un rêve ton blog m'a encore fait rêver, tu sais quoi?
je rêve de vivre une grande histoire d'amour avec un pilote de chasse.Etant donné que je ne peux pas le devenir, lui il me faira voler.
Alors soit gentil,tu veux bien m'en présenter un, beau gosse de préférence.
kiss

Écrit par : magalie | 30/10/2006

Les commentaires sont fermés.